Accueil > Histoire du Festival

Histoire du Festival

Shoton est une translitteration de deux mots tibétains signifiant le banquet (Ton) du yahourt (sho), donc une caractéristique de ce festial est de manger du yahourt, c'est pourquoi ce festival est aussi appelé "Festival du Yahourt".

On peut remonter l'histoire du festival Shoton jusqu'au 11ème siècle, lorsque le grand maître bouddhiste bangladais Atisha fut invité au tibet pour raviver le bouddhisme qui avait été interdit environ deux siècles sur le plateau, période durant laquelle le peuple subit beaucoup les conflits sans fin et les guerres. Après des décennies de dur travail de la part d'Atisha et de ses disciples, les valeurs bouddhistes de charité, pardon, amour et paix sont redevenues dominantes dans la société et pour cette raison, Atisha gagna la respect. Le maître Atisha aimait manger du yahourt, et lorsqu'arrivait l'été, les gens venait à lui en lui offrant du yahourt. En échange le maître priait pour eux. On disait que le bétail appartenant à ceux qui venaient lui offrir du yahourt ne connaîtraient pas la maladie, ne se perdraient pas et ne se feraient pas manger par un animal sauvage. Cette idée se répandant, le yahourt devint une sorte de nourriture sacré.

Le maître Atisha

A cette époque, les doctrines du bouddhisme tibétain avait été développées en plus de 300 articles, et le plus important étaient d'éviter de tuer toute forme de vie. Alors qu'en été la végétation devenait suffisante pour se nourrir et alors que les petites créatures sortaient toutes pour se nourrir, Atisha et ses disciples choisissaient tous de rester méditer à l'intérieur du monastère pour éviter de tuer sans faire attention une petite vie. Cette retraite méditative estivale durait d'Avril jusqu'au 30 Juin du calendrier tibétain, et était appelé "Yale" en tibétain. Cependant, rester durant trois mois enfermés dans le monastère étaient un problème pour beaucoup de lams, qui souffraient du manque de nourriture. Afin de reconnaître la bonté des lamas et leur difficulté à endurer cette retraite, des centaines de milliers de personnes venaient au monastère offrir leur meilleur yahourt aux lamas pour la fin de leur retraite le 30 Juin. C'est ainsi que naquit le festival Shoton.

Présentation des offrandes aux lamas

En 1642 la tradition Gelugpa du bouddhisme tibétain a pris le pouvoir au Tibet, et le 5ème Dalaï Lama devint le dirigeant de la politique et de la religion au Tibet. Ainsi, sa demeure le Ganden Pochan au monastère de Drépung devint le centre politique, religieux et culturel du Tibet. Le 5ème Dalaï Lama était admirateur de l'opéra tibétain et selon sa décision l'opéra fut introduit dans le festival Shoton. Depuis ce temps, l'opéra tibétain est devenu un incontournable du festival, cependant à cette époque il était seulement joué au monastère de Drépung et ouvert seulement au lamas à l'intérieur, et quelques notables invités. Mais le festival Shoton prit ensuite l'initiative de combiner religion et divertissement sur l'ensemble du pays. L'opéra fut joué au monastère de Drépung jusqu'en 1653, quand le 5ème Dalaï Lama décida de déplacer se résidence vers le palais du Potala. Cependant le 7ème Dalaï, au pouvoir à partir de 1720, fit construire le parc de Norbulingka pour sa résidence d'été dans la partie Ouest de Lhassa et alors le lieu de représentations de l'opéra y fut aussi transféré. Et c'est depuis ce temps que l'opéra tibétain est ouvert au peuple, et qu'il demeure jusqu'à aujourd'hui un incontournable du festival Shoton pour le public.

Le 5ème Dalaï Lama

En regardant les 1000 années d'histoire du festival Shoton au monastère Drépung, au palais du Potala puis du parc de Norbulingka, vous constaterez aisément que ce festival a des racines profondes depuis des générations dans la vie des Tibétains. Le festival est sûrement le meilleur moment pour les curieux de culture tibétaine pour venir sur cette terre mystérieuse et découvrir et comprendre cette la religion, culture et les traditions de cette vieille nation qu'est le Tibet.

此栏目暂无任何新增信息